Les instrumentaux du Prisonnier

Le coffret de 6 CD publié par Network fin 2017 est accompagné d’un livret détaillé rédigé par Andrew Pixley

En 2017, pour le 50ème anniversaire de la première diffusion de la série en Grande-Bretagne, Network propose l’intégralité des musiques entendues dans la série en 6CD, toutes ayant été remasterisées pour l’occasion. Les musiques en question proviennent de la librairie Chappell, avec des compositions originales d’Albert Elms, Wilfried Josephs, Robert Farnon et bien sûr Ron Grainer. Plusieurs compositeurs se sont cassés les dents sur le générique. Des versions concoctées par Farnon et Josephs ont été rejetées par McGoohan. Edwin Astley, qui avait composé la musique du générique de Destination Danger avait dû décliner l’offre de participation. Grainer avait fait une première mouture intitulée « Age of elegance » jugée trop mollassonne par McGoohan.

L’histoire des musiques du Prisonnier est assez longue. En 1967, le 45 tours du générique de la série a été publié chez RCA-Victor après le début de la diffusion. Cette version était légèrement différente de celle du générique, plus « jazzy ». Un 33 tours contenant un compilation de morceaux instrumentaux entendus dans plusieurs épisodes est sorti au milieu des années 80 chez Bam Caruso, avant un passage chez Silva Screen sous la forme de 3 CD entre 1989 et 1992 (et en cassette audio). Ils sont ressortis en 2002 chez le même éditeur, avec des bribes de dialogues et dans l’ordre d’apparition à l’écran, ce qui n’était pas le cas dans la version précédente. En France, Play Time a édité en 2003 un superbe coffret en métal rouge et blanc avec un badge No. 6. En 2008, Network sort un mini-coffret de 3CD sous la forme d’un boitier DVD contenant une archive particulièrement intéressante : la reproduction de quelques pages de la « bible » du responsable du montage Eric Mival, qui a également rédigé le livret d’accompagnement. D’autre part, une multitude de bribes sonores jamais entendues jusque-là, dont des versions très « groovy » de Dry Bones – le morceau original des Four Lads, entendu dans Le Dénouement n’est jamais sorti dans ces compilations, pas plus que le fameux « I, yi, yi, yi » de Carmen Miranda qui marque la disparition du rôdeur.

Dans le livret de 50 pages qui accompagne le coffret, Andrew Pixley explique que les musiques originales des trois compositeurs ont été enregistrées en 8 sessions dans les studios Denham, entre décembre 1966 et octobre 1967, cette dernière session étant nécessaire pour remplir les épisodes additionnels tournés pour atteindre le chiffre de 17. Grainer a enregistré quant à lui le générique à Regent Sound. Le livret, agrémenté de photos, détaille chaque morceau et le moment où il apparait.

Les morceaux sont classés dans l’ordre d’enregistrement (Arrival, Once upon a time, A, B & C, The General, Fre for all, Hammer into Anvil, Checkmate, Dance of the dead, Chimes of Big Ben, Schizoid man, It’s your funeral, A change of mind, Do not forsake me Oh my Darling, Living in Harmony, The Girl who was Death et Fallout). Le coffret contient aussi les morceaux de Grainer – et de ses collègues – non utilisés. A ce titre, l’écoute des diverses moutures du générique est assez fascinante. De même que les versions jazzy de « Dry Bones » conçues par Albert Elms (heureusement que la production a utilisé la chanson originale !).

Une écoute linéaire de l’ensemble est assez fastidieuse (chaque CD contient près de 70 titres). On peut pimenter le processus en prenant un CD au hasard et essayer de repérer l’épisode correspondant. On aurait aimé aussi un boîtier plus solide que l’emballage cartonné assez fragile. L’intérêt historique de l’objet est cependant à saluer.

Bonjour chez vous !
Original Soundtrack& Library music remastered (Network, 2017), 25£

Le prochain article de cette rubrique sera consacré au 1er volume des adaptations audio du Prisonnier publiées chez par Big Finish.

Laisser un commentaire

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :