Les « injections » de Joachim Brinkmann (ou l’adaptation du Prisonnier en Allemagne)

Joachim Brinkmann, le responsable de l’adaptation du Prisonnier (Number Sechs)

Où suis-je ? Vous êtes ici.

Au tout début des années 90, j’avais pointé les différences entre la version anglaise et la VF du Prisonnier dans un essai intitulé “Do you speak Prisoner ?”. L’adaptation en allemand a donné lieu à des “ajustements” intéressants. C’est Joachim Brinkmann qui a supervisé l’adaptation du Prisonnier en langue allemande pour sa première diffusion en 1969. Il a ajouté sa propre touche, que les fans outre-Rhin ont baptisé les “Injections”.

Reproductions d’articles parus dans la presse allemande (source: livret commémoratif du club Nr6de publié à l’occasion du 50ème anniversaire de la première diffusion Outre-Rhin)

Et ça commence dès le générique. Dans la VO en anglais, à la question du Prisonnier “Where am I ?”, (“Où suis-je ?”), on lui répond “In The Village” (au Village donc). A ce moment, Brinkmann a jugé bon de laisser planer le doute en faisant répondre simplement “Sie sind da”, à savoir “Vous êtes ici”. Le mot “village”, en allemand, se dit pourtant “Dorf”, pas compliqué. Une question de labiales (synchronisation du son avec le mouvement des lèvres) sans doute ? Pas seulement.

Dorf

Au lieu du terme “Village” (“Dorf”, donc), Brunckmann a opté pour un flou artistique. Il emploie tour à tour “da” (là), “hier” (ici), “dieser Ort” (cet endroit, ce lieu), “Gemeinschaft” (la communauté) ou “Gemeinde” (un autre mot pour dire la communauté, la société). Tous ces ajustements et le non-emploi du mot “Village” donnent une dimension encore plus étrange aux dialogues. Le village est virtualisé en quelque sorte, sans frontière, quasiment onirique. Dès lors, on peut le considérer non plus comme une entité physiquement délimitée par un espace, mais comme un état mental, psychologique. Un petit changement de mot et tout devient plus mystérieux et plus ambigu que l’expression de départ !

Hystero

Le gros ballon blanc était baptisé dès l’Arrivée (“Die Ankunft”) “Hystero”. Étonnant, nicht war ? L’adaptation réactualisée en 2010 pour la diffusion sur Arte a réintroduit l’appellation originelle de “Rover”. Nos voisins allemands ont avancé plusieurs théories sur le sujet :
Il y aurait une ressemblance phonétique entre “Hystero” et l’injonction en anglais du Numéro 2 “Be still!” aux villageois,
Le rugissement du gros ballon peut inspirer la terreur, l’hystérie,
Parce que l’effet est très théâtral, tout simplement.
C’est la première fois où l’on entend le mot “Hystero” lors de la diffusion des 13 épisodes originaux en 1969 (rappelons que nos voisins ont longtemps eu 4 épisodes inédits, contre 3 de notre côté). Si l’épisode “Der Doppelgänger” (Double personnalité) avait été adapté à l’époque, peut-être que Brinkmann aurait imaginé un autre terme que “Rover”, ce qui n’aurait pas été évident. On peut supposer qu’il ne connaissait pas le nom de “Rover”, car il n’a adapté que les 13 épisodes doublés et qu’il n’aurait sans doute pas employé le nom original. On l’entend exactement à 19.29 !

Radio

Dans l’épisode “Die Anklage” (Danse de mort), le Numéro 6 par accident découvre une radio. Quand il l’allume, dans la VO, on n’entend qu’un murmure indistinct. Dans l’adaptation allemande, il est question d’une vague de grèves sur le point de se développer à grande échelle. L’œuvre d’un groupe de résistance au sein du village peut-être ?

Ananas

Dans le magasin du Village, peu après son arrivée, le Numéro 6 cherche une carte des lieux. Dans la VO, une cliente s’adresse au commerçant dans une langue inconnue puis soudain il change pour l’anglais. Dans l’adaptation allemande, le baragouin a disparu et le commerçant propose un ananas à la cliente.

Pas de démission

Kein Rücktritt !

Les panneaux avec le mot “Démission” ont été traduits au moins dans quatre langues, mais n’ont pas été utilisés par la ZDF ! On voit juste la traduction apparaître en sous-titre !

D’autres modifications et adaptations réalisées dans la version en langue allemande :

  • Dans “Die Glocken von Big Ben” (Le carillon de Big Ben), il n’est plus question d’un voyage en provenance de la baltique mais des … Balkans !
  • Lors de la diffusion originale, on a enlevé une image qui figurait sur la caisse en bois, où l’on voyait “London via Danzig & Copenhagen” (Dantzig a été annexé en 1939 par le Reich).
  • Dans la VO, on entend quelques expressions liées au 3ème Reich qui ont été ignorées, notamment dans l’épisode “Pas de deux” (Il était une fois) où on entend, en tendant bien l’oreille, “Sieg-Heil” et des paroles de Adolf Hitler. Elles ont été rendues quasi-inaudibles dans la version allemande.
  • Les associations de mots entendues dans dans “L’arrivée” – le cabinet du toubib – sont aléatoires et ne reflètent pas ceux de la version originale. On entend par exemple : FURCHT et NIE (peur / jamais) et WUT avec IMMER (courage / toujours).
  • Cobb, l’ancien collègue du Numéro 6, lui apprend – dans la VO anglaise qu’il était en Allemagne, qu’il se souvient être retourné à son hôtel. Dans la version allemande, c’est une autre histoire : Cobb était en … France ! Warum ? Comme s’il fallait gommer toute référence géographique.

Dans une lettre adressée à son épouse alors qu’il s’était retiré en Grèce pour travailler sur l’adaptation du Prisonnier, il lui confie que la série lui a redonné des forces, comme après une cure. Il ne s’agit pas d’une régénérescence du corps, mais de l’esprit qu’il semble avoir vécue.

Nos remerciements à Arno Baumgärtel du blog www.nummer6-theprisoner.de.
Pour en savoir plus sur J. Brinckman.

One Comment

  1. Merci Pat de faire savoir les amis du Prisonnier en France des spécificités de la version allemande. Je pourrait adjouter un autre exemple que tu n’as pas mentionné, c’est “Contact imminent!”

    Peut-être parce que la chose est un peu difficile, si on parle de la linguistique. En allemand ce que le Superviseur dit est “Jetzt Kontakt nehmen!” – En français “Maintentant prendre contact”.

    Brinkmann opte pour omettre le préfixe “auf-” qui, normalement, serais utiliser ici: “aufnehmen”. Il y a donc deux faces par ce petit l’empiètement: l’un actif, le Village prend le contact. L’autre passif, le contact lui est enlevé totalement.

Laisser un commentaire

error: Content is protected !!